Par pitié, un peu d’amour !

Je m’étais promise de ne pas aborder le sujet mais en me connectant sur mon blog pour écrire un nouvel article, je n’ai pas pu. Je n’ai pas réussi à revenir « ici » comme si de rien n’était, comme si il y avait eu le dernier article, celui d’avant les attentats et le prochain, sur une crème de jour ou un nouveau stick à lèvres :/ Alors même si « la vie continue » comme on le lis partout, elle a été stoppée net pour trop de gens, ici et ailleurs.

Ses quelques mots ne changeront rien mais se sera ma façon à moi de rendre hommage, aux disparus, à leurs familles, leurs amis, à ceux qui étaient là, ce vendredi 13 novembre 2015, au cœur de Paris. Aux policiers, aux infirmiers, aux pompiers, à tous ceux qui ont vus de près ce que je n’ai qu’effleuré de loin. Je réalise ma « chance » et aussi la tristesse qui ne doit pas s’apaiser dans le cœur de beaucoup trop de gens…

Je pense aussi aux 43 Libanais touchés la veille, dont on a trop peu parlé. Aux 141 morts dont 132 enfants tués l’année dernière au Pakistan, que tout le monde à oublié. Aux victimes du Nigéria. A tout ses innocents tués sans raison : liste non exhaustive, je le crains.

Alors même si ses mots seront très certainement maladroits, ils me semblaient nécessaires. Non pas pour tourner une page car il me semble qu’elle est loin d’être tournée, mais peut-être pour mettre par écrit ce que hurle mon cœur depuis des jours : est-ce si compliqué de s’aimer et d’avancer ensemble? Il semblerait que oui…

Pourquoi? Au nom de qui? Juste pour blesser et attiser cette haine qui grandie chaque jour ! Je ne comprends pas… Il n’y a rien à comprendre.

Chacun fera son deuil à sa façon, avec le temps, ou pas. Oser sortir, se balader, songer à Noël, qui n’a jamais été aussi loin… Chacun se réfugiera dans ce qui lui redonnera le sourire… ses proches, un livre, un moment ou juste regarder un bébé rire, aux éclats, parce qu’il ne sait rien, lui. Rattachons nous à ce que je nommais ici, il n’y a pas si longtemps, de « Jolies p’tites choses » du quotidien.

Par pitié, un peu d’amour  !

Je vous retrouve vite pour de jolies futilités… celles dont nous avons peut-être aussi besoin en ce moment, et avec cette chanson dans laquelle je me réfugie souvent…sans ne rien oublier pour autant !

Oxymore : n.m L’oxymore permet de décrire une situation ou un personnage de manière inattendue, suscitant ainsi la surprise. Il exprime ce qui est inconcevable. Il rend compte aussi de l’absurde.

 

Publicités

2 réflexions sur “Par pitié, un peu d’amour !

Laisser un commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s